La miellée : Apiculture
17 mai 2019/Culture apicole
  • By Amine S.
  • Post Views: 215
  • 0

Apiculture plus qu’un métier, une passion

Qu’est-ce que l’apiculture ? Comment devenir apiculteur ? Et quelles sont les choses à savoir à propos de cette activité qui passionne des milliers de personnes à travers le monde ? C’est ce que nous allons découvrir.

Apiculture, ce que vous devez savoir

L’apiculture, pour la petite histoire

Avant de vous donner une définition de ce qu’est l’apiculture telle que nous la connaissons aujourd’hui, il sied de revenir un peu en arrière et de voir comment nos lointains ancêtres procédaient pour récolter le miel qu’ils consommaient.

Donc pour la petite histoire, depuis des milliers d’années, l’homme collecte le miel pour le consommer. Pas étonnant compte tenu de tous ses bienfaits.  

Comme vous pouvez vous en douter (ou pas !) nos aïeux collectaient le miel depuis des ruches sauvages. Ils extrayaient ce breuvage à l’aide de techniques et équipements rudimentaires.

Ce n’est que vers le 18ème siècle que l’homme se mit à élever des abeilles dans des troncs d’arbres creux. Nous sommes encore loin des ruches artificielles actuelles.

Comme dans tous les domaines, un développent s’en suit et une amélioration des techniques d’élevage d’abeilles est notée. Avec le temps, l’apiculture est devenue cette activité à laquelle nous nous intéressons aujourd’hui. 

Mais qu’est-ce que l’apiculture au juste ?

L’apiculture, une définition s’impose !

L’apiculture, branche de l’agriculture, est l’élevage d’abeilles à miel dans le but d’exploiter les produits de la ruche (miel, pollen, cire, gelée royale et propolis).

Pratiquée partout dans le monde, cette activité diffère selon les variétés d’abeilles, le climat et le niveau de développement économique. C’est une activité où se mêlent des méthodes ancestrales comme l’enfumage et des méthodes modernes comme l’insémination artificielle.

L’apiculture, un vrai métier qui peut être pratiqué à titre professionnel ou amateur. Ceci étant dit, dans un cas comme dans l’autre, l’apiculteur doit suivre une formation dans le domaine et se munir des outils nécessaires à cette pratique.

Si vous souhaitez devenir apiculteur, la moindre des choses est de savoir comment les abeilles fabriquent-elles le miel.

Apiculture sédentaire et apiculture de transhumance

En effet, il existe deux types d’apiculture : le sédentaire et celle de transhumance.

Dans le cadre de l’apiculture sédentaire, les abeilles élevées n’ont qu’une zone de butinage restreinte autour de la ruche, et dépendent totalement des ressources découvertes dans cette surface, ce qui limite la production.

L’apiculture de transhumance, en revanche, consiste à déplacer les ruches en fonction des miellées (production de nectar par les fleurs). Ainsi, les abeilles ont toujours de quoi butiner, se fatiguent moins en effectuant des vols plus courts, et l’apiculteur peut procéder à des sélections de récoltes selon le miel qu’il souhaite produire.

Si vous optez pour l’apiculture de transhumance, notez que le déplacement des ruches se fait de nuit par route. 

Important : les déplacements s’effectuent suivant les niveaux d’altitude et l’étalement des diverses floraisons. Ils débutent en plaine au mois d’avril, pour terminer en montagne fin août.

Enfin, les ruches sont ramenées pour un dernier nourrissement avant l’hivernage. Le nourrissement est un substitut indispensable à l’absence de floraison en automne. Il sert à relancer la ponte de la reine afin de renforcer la colonie pour le printemps suivant.

Apiculture où l’art d’entretenir une ruche

Comme expliqué précédemment, un apiculteur doit impérativement être bien muni en matière de connaissance ou de moyens matériels.

Fournir de bonnes conditions pour les abeilles est primordial

L’apiculture fait partie de ces activités agricoles sensibles au changement et perturbation et qui requiert un équilibre inébranlable afin que la ruche soit un environnement sain pour les abeilles.

Ainsi, l’apiculteur doit assurer entre autre :

  • Un emplacement adapté pour les ruches ;
  • La protection des abeilles contre les prédateurs et les maladies ;
  • L’entretien des équipements nécessaires à l’exploitation des abeilles et des matériels utiles à la miellerie ainsi qu’au rucher ;
  • La surveillance des ruches ;
  • Le contrôle de l’état sanitaire des colonies ;
  • La récolte du miel et son traitement ;
  • La production d’une nouvelle colonie avec des reines et des abeilles.

Pensez au bien-être des abeilles car elles jouent un rôle important dans notre écosystème.

Connaitre les différentes techniques d’apiculture est plus que nécessaire

En plus d’apprendre à entretenir une ruche, l’apiculteur doit maitriser quelques techniques lui permettant de collecter le miel sans nuire à la colonie, sans se mettre en danger et sans détériorer la qualité des produits de la ruche.

Ainsi, la récolte du miel suit plusieurs étapes dont :

  • L’enfumage ;
  • L’extirpation d’un panneau de hausses modulables (en fonction du type de la ruche) ;
  • L’ouverture des alvéoles :
  • L’extraction du miel par centrifugation.

Equipement indispensable de l’apiculteur

L’apiculteur a besoin d’utiliser certains équipements pour pouvoir s’occuper de ses abeilles en toute sécurité et praticité. Il s’agit principalement :

  • De vêtements d’apiculteur adéquats : une vareuse qui protège la tête et le haut du corps des piqûres ainsi que des gants ;
  • D’un lève cadre nécessaire pour enlever les cadres surtout lorsqu’ils sont solidement collés avec de la propolis ;
  • D’un soufflet utilisé pour défaire provisoirement la défense de la ruche lors des interventions ;
  • De différents autres outils dont l’enfumoir.

L’apiculture est une activité passionnante à tel point que de nombreux apiculteur la pratique en tant que loisir.

C’est également un sujet très vaste ; on peut parler notamment de la domestication des abeilles ou encore des travaux de la ruche selon les saisons. Mais ce sera le sujet d’autres articles.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

0